Vincent Goubin

 

Aujourd’hui on décide de prendre soin de nous en faisant une sortie dédiée au bien être ! Nous commençons par la boutique Yves Rocher dont le fondateur du même nom est emblématique ici, étant natif du village et ayant grandement contribué à la vie économique de La Gacilly.

Puis nous continuons notre virée vers une boutique dédiée au savon, le chaudron magique, non pas pour préparer des mixtures et autres potions magiques, même si, on vous l’accorde, ça nous aurait beaucoup plu, mais pour aller à la rencontre de Vincent Goubin, le savonnier installé dans la rue Saint Vincent depuis 14 ans.

IMG_2598 IMG_2602

 

 

 

 

 

En entrant dans la petite boutique, notre odorat ne sait plus où donner du nez. Il y a un mélange d’odeurs de savon très fort. Mais ce n’est pas désagréable, nous apprécions cette explosion de senteurs qui nous pousse à aller à la découverte des produits et de leurs vertues.

 

Vincent nous accueille tout en réalisant des savons au miel. Son savoir-faire suscite notre curiosité et nous pousse à l’interroger sur son métier et les différents produits qu’il propose.

IMG_2554 IMG_2560 IMG_2584 IMG_2543

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le savonnier nous explique que sa formation est quelque peu particulière puisque c’est sa maman qui l’a formé pendant deux ans à ce métier. Il y a près de 30 ans, elle était à la tête de la savonnerie et a été formée par des maitres savonnier d’Yves Rocher à La Gacilly. Vincent a, par la suite, pris la succession de sa mère qui souhaitait vendre la savonnerie, et ce, en 2002. Si aujourd’hui il aime son métier, il nous confie qu’il n’était pas du tout prédestiné à exercer le métier de savonnier. Carriériste dans l’évènementiel, il a quitté son village natal pendant dix ans pour organiser des salons à Paris. Ce qui lui a fait reprendre le chemin de La Gacilly et travailler entouré de savons, ce sont ses enfants. Il souhaitait les élever dans un joli cadre de vie loin du rythme de la vie parisienne.

En plus des odeurs, ce qui caractérise la boutique de Vincent, c’est la couleur. Il y a une multitude de savons aux couleurs et parfums différents ce qui nous pousse à aller coller notre nez dessus. (Enfin presque, on vous rassure). Pour ma part j’aurais bien tout acheté !

IMG_2589IMG_2570

En parlant de nez, le savonnier nous explique que l’odeur très forte de la boutique, lui ne la sent plus. C’est assez dingue sachant que nous on ne sent que ça ! Vincent nous explique que le cerveau pour ne pas saturer arrête d’enregistrer les odeurs qu’il y a autour de lui. Heureusement pour lui mais également pour le poissonnier aussi nous dit-il en rigolant.

Tous les ans il innove et tente de créer de nouvelles odeurs mais aussi de nouvelles huiles. Chacune a des vertus bien particulières pour la peau et il essaye de trouver « pour des maux de peau le savon qui va bien ». C’est cette caractéristique de son métier qui lui plait. Il essaye de mélanger des huiles essentielles à ses savons, mais il nous prévient qu’il faut les utiliser avec beaucoup de précautions.

 

« On est pas un apprenti sorcier. »

 

Autant les huiles essentielles peuvent être vraiment bonnes, autant, comme les champignons, ce n’est pas parce que c’est naturel que c’est bon, nous dit-il. Vincent doit respecter les doses au centilitre près.

IMG_2557 IMG_2548

 

Il produit de nombreux savons qu’il fabrique et des sels de bains qu’il achète à Guérande, qu’il colore et parfume par la suite. Pour répondre à la demande de sa clientèle il travaille avec de petits producteurs, qui complètent les étagères de sa boutique. On peut observer des produits au lait d’ânesse, du savon de Marseille mais aussi du savon d’Alep et autres produits issus soit du commerce équitable soit de petites structures.

IMG_2567IMG_2562

 

 

 

 

 

 

 

Ce que l’on ressent lorsque l’on écoute Vincent, c’est qu’il connait très bien son métier et les produits qu’il propose. De très bon conseil, il a su donner réponse à nos questions. Nous le remercions pour son accueil et sa gentillesse qui nous ont permis d’en savoir un peu plus sur le métier de savonnier. Avec Victor, ça nous a donné envie de craquer pour quelques savons aux odeurs parfumées ! En repartant, nous constatons que l’odeur des savons s’est imprégnée sur nos vêtements ; nous avons l’impression d’embaumer toute la rue Saint Vincent ! (lol)

 

Marie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s